Cambodgia

  • Yann

Notre première nuit au Cambodge, on l'a passé à 100m du poste frontière. Aux alentours tout brule pour que la forêt laisse place aux plantations. On pose le camp chez les douaniers, qui nous apprennent nos premiers mots en Cambodgien, et on se baigne dans le majestueux Mékong qui se prélasse sous cette lumière violette de début de soirée. Le lendemain sur DSCN2356la route, on croise trois cyclos, puis quatre suivent et on se retrouve a onze pour un salon du vélo international improvise au milieu de la route. Et onze cyclos qui se racontent des anecdotes de voyage ca bavarde pas mal longtemps... en même temps presque personne ne passe sur la route alors le salon s'est très bien déroulé. On est tous repartis vers midi sous un soleil de plomb. Un peu fatigués, on a fini par se laisser bercer par le Mékong, qu'on a cette fois traversé à bord d'une grande barque à moteur avec tout plein de gens et de choses dedans. Le soleil va se coucher, il faut que l'on trouve un endroit où camper. Le chemin de terre rouge qui nous fait traverser des villages où se partage des regards et des sourires complices me rappelle des villages du Sénégal. Mais c'est dans des contrées proches de l'Inde que l'imagination va nous déposer. Pendant que l'on se baigne dans ce Mékong qui nous accompagne toujours, le ciel se teinte de rayures oranges et bleues, la lune fait voir son tout premier quartier comme si elle entrouvrait un oeil, la silhouette des grands buffalos, qui viennent se raffraichir paisiblement, se dessine... et une musique, qui vient d'un temple tout proche, finit de nous envouter. Une vieille au son hypnotique se déplace autour de tambours et clochettes, infatiguable et nous voilà enfin perdus entre le Laos et l'Inde... Cambodgia!!!

Le Cambodge a été pendant une longue période hindouhiste. Cette influence se retrouve sur les statues des divinités qu'ils prient et dans la musique. 

Sur cette terre rouge vif on reprend la route qui va s'élargir très vite. Les Chinois y construisent une route très large. De RSCN2520grandes parts de la jungle sont brulées et les sols sont creusés pour surélever la route. Tous les gens que l'on croisent nous crient "hellooo..." et quand on essaye de leur demander comment on dit "bonjour" en Cambodgien on nous répond "hello" (en fait le Cambodgien s'appelle le Kmer). On communique pas trop par la parole mais le sourire paisible et la lumière qui se dégage des yeux des gens ici est un message de sérénite et de joie de vivre qui remplit le coeur d'une chaleur diffuse. La pauvreté matérielle est notable. Les gens sont souvent à 5 par scooter, le cochon y prend parfois place, les maisons en bois sont très rustiques... Mais la richesse qui se trouve dans le coeur et la tête des cambodgiens que nous croisons sur ces routes est plus que flagrante. Elle saute aux yeux et même aux tripes. On tombe juste amoureux de ce paradis! 

300 km plus loin, sans crier gare, un des temples du site de Angkor Wat nous saute aux yeux. Une grande pyramide aux briques rouges s'impose... on y est!!! Il va être temps de sortir de notre paradis pour renter dans ce lieu juste magique. Mais avant on va aller se frotter à Siem Reap, passage obligatoire pour tous les touristes qui vont au Cambodge et qui veulent voir les temples d'Angkor!!

Ca fait toujours bizarre au début de se retrouver dans ce genre de lieu, tout est fait pour les touristes, d'ailleurs le centre ville ressemble à tous les centres villes des villes dédiées exclusivement au tourisme, des bars, des restaux, avec les magasins qui vendent des sacs en peaux de crocos et les massages en plus!!
Les enfants cambodgiens, travaillent toute la journée, ou toute la nuit, en vendant des cartes postales, ou en demandant du lait pour leur petits frère, ou petite soeur.... Ils parlent un anglais parfait, ils connaissent les mots basiques dans toutes les langues d'ailleurs.... Les tuk tuks essayent de tirer leur epingle du jeu, il faut dire qu'ils sont nombreux, et même si le touriste n'est pas une denrée rare ici, ils passent quand même beaucoup de temps à attendre la course!!
On croise des gens de partout, énormement de francais (on se demande s'il reste des gens en France d'ailleurs), des anglais, américains, des latinos (argentins, chiliens, urugayens) placer de ablar espanol!!!, des espagnols aussi d'ailleurs, des italiens, des suédois, des autrichiens, des israéliens, des indiens, des japonais, des chinois, des coréens, des australiens, des libanais,... et le mieux dans tout ça c'est que les rencontres que l'on fait sont juste de trop bonnes rencontres, partage d'expérience, partage musical...   (d'ailleurs 3 francais que l'on a rencontré un soir, Kevin, Océane et Vince, se sont animés, ont acheté un vélo et roulent maintenant avec nous!)

DSCN2865

Enfin on se coule doucement dans ce lieu, on apprend aussi un peu de cambodgien, et une chanson aussi, les chauffeurs de tuk tuks et les enfants demandent à Sybille de la chanter à chaque fois que l'on passe avec les instruments, ce qui nous permet de l'apprendre encore plus vite!! Svay Chanti, le hit cambodgien!! on sait que ca parle du fruit qui donne les noix de cajou, mais on n'en sait pas vraiment plus sur la signification de la chanson... Mais chaque fois que l'on fait résonner les quelques notes de la mélodie et que l'on chante en Kmer, les yeux des gens s'illuminent et les sourires apparaissent, puis laissent place aux rires...
Les parents de Cyril débarquent et on se retrouve tous sous la grosse chaleur. Dès le lendemain, on loue un tandem et tout le monde part à vélo à la découverte des ruines pour 3 jours de visite. Temples gigantesques, bas reliefs aux détails hallucinants, statues de bouddhas et divinités indiennes aux multiples têtes aux pieds desquels brule encore l'encens... Certains temples n'ont pas été complètement déblayés et il y reste des arbres gigantesques qui coulent sur les murs, encerclent les statues, jusqu'à les casser.... Je laisse un peu parler les photos et le dessin.

DSCN3006

DSCN2597
 
DSCN4756
On joP1050938ue de la musique dans les restaux tous les soirs. Plaisir dont on ne se lasse pas! Moment de partage avec les gens que l'on croise dans la rue, les clients des restaux et ceux qui y travaillent. On reste très souvent de longs moments dans les restaux après avoir joué pour échanger avec les gens. Enormement de gens sont très enthousiastes et curieux... nous encouragent, nous remercie pour le moment partagé, pour l'énergie apportée...
Cependant, comme les deux derniers soirs, nous tombons sur des personnes (jusqu'ici des francais) qui ont une toute autre vision. Lorsque nous passons le chapeau invitant à la collaboration en nature (nourriture, sourire, argent, boisson...), une grande table nous dit avec un peu de dédain qu ils ne vont surement pas nous donner de l'argent pour payer nos vacances et qu'ils pensent que c'est une honte de "faire la manche" dans un pays pauvre et souffrant comme le Cambodge. Ils apppuient leur argumentation en nous faisant part de leur longue expérience en tant que voyageur. Difficile de leur faire parvenir notre point de vue, ils sont trop surs d'avoir raison et nous coupent en plein milieu de phrase. Le lendemain, rebelote ! Un couple de cinquantenaire francais nous abordent le ton-mi condescendant, mi-arrogant en nous demandant si ca ne nous choque pas de mendier ici. Une belle question rhétorique d'entrée de jeu, nous voila bien. Ils veulent savoir si nous ne faisons pas partie d'un groupe évangéliste "Frère Emmanuel" à qui nous ressemblons beaucoup d'ailleurs puisque nous chantons avec conviction et en souriant beaucoup. Notre look déluré leur a tout de suite mis la puce a l'oreille. On est content de ne pas faire partie de cette bande de malfrats car sinon elle nous a jure qu'elle nous serait carrément rentré dans le lard. Elle nous parle de projet humanitaire, comme les gens de la veille, qui pensent que l'argent est beaucoup plus utile et mieux réparti que lorsque nous achetons de la nourriture ou payons la nuit d'hôtel aux locaux...

 

 

Le débat est lancé ! Tous les commentaires à ce sujet sont les bienvenus !

 

Nous quittons ensuite Siam Reap pour quatre jours à rouler sur ce paradis de Cambodge en prendre plein les yeux et le coeur avant de retrouver, pour certains, la Thailande. Aventures à suivre!

 

On est actuellement au nord du Laos à Vangvien et la famille s'est sacrément agrandie. Ludo, un frérot de Marseille pédale le Laos avec nous ainsi que Suzanna une cyclo hollandaise que Cyrilo a rencontré à Phnong Pen. Alors avec Kévin, Océane et Vince on est onze.

On se serre un peu sur les vélos pour faire de la place pour les potes!!!

 

DSCN3608

 

C'est le mot de la fin.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Arezki 01/05/2012 12:00

Salut Yannoche! Coment ça va?.
Je te souhaite un joyeux anniversaire!
J'espère que t'as bien apprécié le Cambodge et le Laos! Avec Rodolphe et son frère on a adoré!! Les temples d'Angkor... j'en reste encore choqué, c'est impressionnant, un souvenir gravé à
jamais.

Profites bien de ton voyage et bon courage à tous!

A bientôt!

Yann 04/05/2012 08:15



he he Arezki!


Ca fait trop plaisir d'avoir de tes nouvelles... bah ecoute moi ca va nikel. Dans deux jours on rentre en Chine. T'as vu Angkor c'est ouf! D'ailleurs on a fait une petite video du donnage a
Angkor. Elle est sur le facebook, voit avec un pote si tu peux pas la matter, tu va kiffer BH!


 


Je t'embrasse, prends soin de toi!



Papascal 17/04/2012 11:54

Acheter de la nourriture aux locaux OK!
Mais vous passez certaines nuits à l'hôtel maintenant? Vous vous embourgeoisez les louloux!
Sur la photo sur laquelle vous chantez, ma main à couper que le touriste qui montre une bouteille de rouge est français!

Hébergé par Overblog