- Thailande - Savaidee khaaaaaaaaaaaaapppp......

  • La Fourmie et Siboulette

Les Thaïlandais sont très avenants, d'une extrême gentillesse, bavards, curieux, avec cette joie de vivre exacerbée et extériorisée qui les rend très amicaux et attachants. On sent bien l'habitude du tourisme, beaucoup de gens parlent anglais et sont ravis de l'expérimenter avec toi. Ça tranche radicalement avec la sérénité, la relax attitude, la douce et rieuse réserve laossienne. Ainsi, lorsqu'un thaïlandais te croise, il veut automatiquement t'aider et s'occuper de tout.

En Arrivant a Roi Et par exemple, nous nous faisons interviewes par la télé locale, la première en Asie. Teeshirts roses assortis et lunettes de soleil pour cette équipe de reporter de choc. La camera nous prend sous tous les angles et les vélos sont les stars. Ils nous demandent de les recontacter pour bavarder plus a loisirs lorsque nous serons a Roi Et. 

Entre temps nous retrouvons les garçons qui partent dans la foulée se doucher au temple. Siboulette et moi attendons pas en reste, en se goinfrant de beignets. C'est alors que nous voyons débarquer 3 cyclos super équipes, combinaison, casque, le vélo qui va bien et le sourire jusqu'aux oreilles.

Niti, nous explique qu'il nous a vu manger une pastèque sur le bord de la route en rentrant du travail. Arrive chez lui, il enfile sa tenue de cyclo non sans avoir au préalable appelé ses potes cyclos pour qu'ils en fassent de même. Synchronisation des montres et les voila auprès de nous, 10 km avant l'entrée de Roi Et.

- Venez dormir a la maison, nous faisons partie du groupe de cyclisme de Roi Et !

On a vraiment été pris en charge de A a Z : visite du centre ville, fameux pour son lac centrale ou il fait bon se balader, son temple avec le Bouddha le plus rand de Thailande : 60 metres tout de même. On goute les specialites culinaires : la soupe sucree au lait de soja avec ses haricots rouges en grain, coco, gelatine et autres douceurs barbottantes non identifiees.

Nous passons la journée suivante dans l'école de musique de Chang, un bonhomme qui respire la sérénité et la bienveillance. Nous nous défoulons en improvisation dans les minis studios hébergeant guitare électrique et batterie, nous apprenons deux chansons thaï au chant et a la guitare et profitons de la générosité d'un élevé pour partager un bœuf improvise de ballade pop rock thaï.

Ce soir la, une surprise nous attend, l'équipe de choc de la télé reprend du service et s est invite chez nos hôtes pour une grande soirée entre anecdotes de voyage, musique, interview et cours de danse thaïlandaise. C'est la fête ! La bonne humeur et la joie du moment atténuent le cote camera, télévision, apparences a tenir. Nous finissons cette soirée en compagnie de Niti et Mr Wechman. Ils nous montrent le blog de leur épopée a vélo entre Vientiane et Luang Prabang ( Laos, notre itinéraire pour le mois a venir). On rit devant les photos de l'équipe de cyclos en train de manger dans un virage, sur le bord de la route, les vélos toutes roues dehors ; ou encore avec de jolies laossiennes, le sourire ravi. Après c'est a notre tour de rire de nos frimousses lors de la vidéo de départ du voyage ou de quelques aventures en Amérique.

Le lendemain ils nous accompagnent sur quelques kilomètres, non sans avoir fait le tour des amis de la ville, pris des cafes, manger des bananes, aller au resto... Avec Siboulette nous repartons équipées de nouvelles combinaisons flashys, vert pomme et violet rose... A l'instar de ces cyclos, ce contact chaleureux, cette générosité et cette joie de vivre représentent vraiment pour moi la mentalité des thaïlandais... BIG UP !!

A plusieurs reprises nous avons rencontre ou été hébergés chez des thaïlandaises mariées a un étranger. Ce sont toutes des femmes au fort caractère, belles et actives. Elles parlent très bien l'anglais et sont toujours ravies de pouvoir te connaitre et te tendre la main. Sonia nous explique que c'est surtout un confort de vie qui l' attire, ca lui permet de subvenir aux besoins de sa famille, de les réunir chez elle dans sa nouvelle grande maison. Le revers de la médaille ; son mari a fait détruire son ancienne maison pour en reconstruire une neuve entièrement meublée Ikea. Elle troc donc une vie tranquille et simple contre les préoccupations matérielles et domestiques d'être la nouvelle responsable de cette maison. Elle s'en plaint d'ailleurs. Nous n'avons pas rencontre les maris qui étaient en déplacement pour leur travail, souvent dans leur pays d'origine (Suède, Suisse, France). Ces derniers ont l'air de rechercher les qualités d' une femme qui sache s'occuper de la maison pendant qu'ils travaillent. Ils exigent souvent qu'elles aillent a l'école pour apprendre leur langue ou l'anglais et qu'elles ne travaillent pas pour rester a domicile. Apparemment chacun y trouve son compte.

Elle nous annoncent que les mariages "falan/ Thai", comme ils disent ici, sont monnaie courante : 17 dans son village contre 80 dans un village voisin, et ce sont juste les premiers km de la frontière. Plus tard, nous croiserons une agence matrimoniale spécialisée dans ce domaine. On a vraiment été étonné de l'ampleur de ce phénomène qui s'applique aussi bien a la Thaïlande, au Laos ou encore au Cambodge.

Tout au long de ce voyage, notre caravane a 5 puis 6 paires de roues s'est agrandie, enrichie, reformée puis défaite de nombreuses âmes aventurières et motivées. La Thaïlande sera à marquer d'une pierre arc en ciel puisque c'est tour a tour Océanne puis notre ami Ludo qui se joignent a l'épopée belle. On a rencontre Océanne a Siem Reap, au Cambodge, accompagnée d'une ribambelle de français tout aussi sympathiques. Après quelques contacts par mail et un message personnel a passe a un des zarmalouloux, elle décide que le vive voix est bien plus sur ! Elle s'achète un vélo (Pepita ), enfile des chaussettes sur ses tongs pour ne pas glisser et nous rejoint juste après Roi Et, en pédalant depuis la frontière Cambodge /Thaïlande. Un casque bas pour la motivation et la determination. Quelques jours plus tard, c'est Ludo notre ami de France (représente la familia de Massilia...) entre aperçu par magie dans les rues de Bangkok, qui fait son entrée dans la place a Udon thani. On parle de la France, de politique, des amis, de ce qu'ils font la bas. Nous prenons la mesure des distances, du temps qui passe, du rythme dans lequel nous vivons et celui des autres.

Mais comme un cyclo peut en cacher un autre, qu'une sœur peut cacher un frère, qu'un ami peut en ramener un autre...

La suite au prochain chapitre : Le laos, volume 2, le retour...

- La Fourmie et Siboulette -

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Hébergé par Overblog